Daech revendique l’assassinat d’un policier à Constantine

amaq1

Le groupe terroriste Daech a revendiqué, dans un communiqué diffusé samedi 29 octobre via son agence Amaq, l’assassinat d’un policier à Constantine vendredi en début de soirée. « Des combattants de l’État islamique ont assassiné hier (vendredi) un policier par balles et ont récupéré son arme à Constantine », précise le communique d’Amaq, publié samedi 29 octobre.

Selon les premiers éléments de l’enquête, le chef de la branche algérienne de Daech Laouira alias Abou Hammam était parmi les trois terroristes qui ont tué le policier dans un restaurant situé dans le quartier Ziadia dans le centre-ville de Constantine. Il a été identifié par des témoins oculaires. Laouira a été signalé, il y a quelques jours, dans la nouvelle ville Ali Mendjili à Constantine. Les services de sécurité ont pu identifier le deuxième terroriste ayant participé à cette attaque, la première du genre, depuis plusieurs années.

Source : tsa-algerie.com

Publicités

De la validité d’inclure l’étudiant en science religieuse dans le sens du verset « … et dans le sentier d’Allâh »

Question J’ai lu dans l’exégèse du cheikh As-Sa‘dî رحمه الله sur verset de la Zakât dans la sourate d’At-Tawba (le repentir) qui montre la catégorie « … et dans le sentier d’Allâh » cette parole : « De nombreux juristes ont dit : si celui qui peut gagner sa vie se consacre entièrement aux études scientifiques, on lui donne de la Zakât ; car l’étude des sciences islamiques est incluse dans le combat dans le sentier d’Allâh. »

L’étudiant en sciences islamiques est-il inclus dans la catégorie « … et dans le sentier d’Allâh » ? Comme si par exemple on lui donne de cet argent pour voyager à la recherche de la science ou pour se procurer des livres ? Qu’Allâh vous rétribue de la meilleure façon.

Réponse :

Louange à Allâh, Maître des Mondes ; et paix et salut sur celui qu’Allâh a envoyé comme miséricorde pour le monde entier, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu’au Jour de la Résurrection. Cela dit :

En dépit de l’avis qui donne un sens large à l’expression « … dans le sentier d’Allâh » dans le verset qui spécifie les dépenses de la Zakât :

﴿إِنَّمَا ٱلصَّدَقَٰتُ لِلۡفُقَرَآءِ وَٱلۡمَسَٰكِينِ وَٱلۡعَٰمِلِينَ عَلَيۡهَا وَٱلۡمُؤَلَّفَةِ قُلُوبُهُمۡ وَفِي ٱلرِّقَابِ وَٱلۡغَٰرِمِينَ وَفِي سَبِيلِ ٱللَّهِ وَٱبۡنِ ٱلسَّبِيلِۖ فَرِيضَةٗ مِّنَ ٱللَّهِۗ وَٱللَّهُ عَلِيمٌ حَكِيمٞ ٦٠

Les Ṣadaqāts ne sont destinés que pour les pauvres, les indigents, ceux qui y travaillent, ceux dont les cœurs sont à gagner (à l’Islam), l’affranchissement des jougs, ceux qui sont lourdement endettés, dans le sentier d’Allâh, et pour le voyageur (en détresse). C’est un décret d’Allâh ! Et Allâh est Omniscient et Sage﴿ [s. At-Tawba (le Repentir : v. 60]

La Sounna authentique indique qu’on peut inclure, dans ce sens, seulement deux catégories, et qui sont :

La première : le conquérant qui n’a pas de part ou de salaire dans la trésorerie générale, quoiqu’il est riche, vu le hadith du Prophète صَلَّى اللهُ عليه وآله وسَلَّم : « Il n’est pas licite de donner une aumône à un riche, sauf dans cinq cas : pour un conquérant dans le sentier d’Allâh, ou pour celui qui la distribue, ou pour une personne endettée, ou pour un homme l’ayant achetée avec son argent, ou pour un homme qui a un pauvre voisin à qui on a donné une aumône, et que ce pauvre l’a donné ensuite à un riche. »(1) Et aussi vu le hadith du Prophète صَلَّى اللهُ عليه وآله وسَلَّم : « Trois personnes méritent l’aide d’Allâh : le moudjahid dans le sentier d’Allâh, l’endetté qui veut rembourser ses dettes et le marié qui veut être chaste. »(2)

La deuxième : la personne qui fait pour la première fois le hadjdj (le pèlerinage obligatoire) est comptée parmi la catégorie « … dans le sentier d’Allâh ». Si elle est pauvre on lui donne de l’argent de la Zakât pour qu’elle puisse accomplir l’adoration du hadjdj, vu le hadith d’Ibn ‘Abbâs رضي الله عنهما qui a dit : « Le Messager d’Allâh صَلَّى اللهُ عليه وآله وسَلَّم voulut accomplir le hadjdj ; une femme dit alors à son époux : “emmène-moi en pèlerinage sur ton chameau avec le Messager d’Allâh صَلَّى اللهُ عليه وآله وسَلَّم? » Il lui dit : « Je ne possède pas [de monture] sur quoi je pourrai t’emmener. » Elle lui dit : « Emmène-moi en pèlerinage sur ton chameau untel. » Il lui dit : « Ce chameau est réservé pour ceux qui sont dans le sentier d’Allâh – Puissant et Glorieux soit-Il – » cet homme vint au Messager d’Allâh صَلَّى اللهُ عليه وآله وسَلَّم et lui dit : « Ma femme te passe le salut et la miséricorde d’Allâh. Elle me demande que je l’emmène en pèlerinage avec toi ; elle m’a dit : emmène-moi en pèlerinage avec le Messager d’Allâh صَلَّى اللهُ عليه وآله وسَلَّم. Je lui ai dit : je n’ai pas sur quoi je pourrai t’emmener. Elle me dit : emmène-moi sur ton chameau untel. Je lui ai dit : ce chameau est réservé pour ceux qui sont dans le sentier d’Allâh. » Ainsi, le Prophète صَلَّى اللهُ عليه وآله وسَلَّم dit : « Si tu l’emmènerais en pèlerinage sur ce chameau, cela aurait été dans le sentier d’Allâh. »(3) Ibn Khouzayma rapporte d’après Aboû Lâs Al-Khouzâ‘î رضي الله عنه : « Le Messager d’Allâh صَلَّى اللهُ عليه وآله وسَلَّم nous a emmené en pèlerinage sur un des chameaux de l’aumône qui étaient réservés au hadjdj… »(4) le hadith. On questionna Ibn ‘Oumar à propos d’une femme qui a donné en aumône dans le sentier d’Allâh trente dirhams ; on lui dit : « peut-on les mettre comme aumône pour le hadjdj ? » Il répond : « Cet argent est plutôt dans le sentier d’Allâh. »(5)

En revanche, donner la Zakât à l’étudiant en sciences islamiques, même s’il cela pourrait être inclus dans le sens du djihâd auprès les savants qui les considèrent parmi le reste des combattants en djhâd [qui n’ont pas à quitter leurs foyers], mais la désignation explicite du conquérant dans le hadith annule ce sens, d’un côté ; et aussi parce que le verset :

﴿إِنَّمَا ٱلصَّدَقَٰتُ

Sens du verset :

Les Sadaqât ne sont destinées que…﴿ est révélé sans qu’il y ait des étudiants en sciences islamiques au sens actuel, qui avancent graduellement dans l’acquisition des sciences en plein temps. Cela se faisait uniquement en apprenant directement, ou par médiation, les jugements religieux de la part du Prophète صَلَّى اللهُ عليه وآله وسَلَّم.

Sachant aussi que les exégètes divergent à propos du sens de la Parole d’Allâh – qu’Il soit Très-Haut- :

﴿وَمَا كَانَ ٱلۡمُؤۡمِنُونَ لِيَنفِرُواْ كَآفَّةٗۚ [التوبة: 122]

Sens du verset :

Les croyants n’ont pas à quitter tous leurs foyers.﴿[s. At-Tawba (le Repentir) : v. 122] est-il considéré comme une suite des jugements qui concernent le djihâd ou non ? « Certains savants ont dit que ce verset n’englobe pas les combattants qu’ont pas à quitter pas leurs foyers. Il recèle un jugement autonome qui légitime d’aller chercher et étudier les sciences religieuses. Allâh a lié ce jugement aux choses qui indiquent l’obligation d’aller au djihâd dans le sentier d’Allâh. Ce faisant, le voyage se divise en deux catégories : la première : est le voyage pour aller combattre dans le sentier d’Allâh ; et le second : est le voyage pour la recherche scientifique. »(6) Selon ce sens, le verset n’inclus point le reste des combattants [qu’ont pas à quitter leurs foyers]. Ainsi, il n’est pas correct d’assimiler l’étudiant en sciences religieuses au conquérant dans le sentier d’Allâh. Car cela impliquerait d’inclure aussi toute action de djihâd qui se veut secourir l’islam et élever sa parole, quel que soit le type et l’arme de ce djihâd, qu’il soit mené par la plume et la langue, ou par le glaive et la flèche, ou par l’éducation et l’enseignement ou autre que cela. Je ne connais pas un texte issu des premières générations qui stipule ce genre d’élargissement dans le sens (ou d’extrapolation). C’est pourquoi on limite le sens de ce verset à celui qui est énoncé dans la Sounna authentique ; le sens de « … dans le sentier d’Allâh » qui concerne les catégories qui méritent la Zakât dans le verset :

﴿إِنَّمَا ٱلصَّدَقَٰتُ …

Sens du verset :

Les Sadaqât ne sont destinées que…﴿ sont les conquérants et les hadjis.          

Le savoir parfait appartient à Allâh, et notre dernière invocation est qu’Allâh, Seigneur des Mondes, soit loué et que prière et salut soient sur notre Prophète, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu’au Jour de la Résurrection. 

Alger, le 27 de Rabî‘ Ath-Thânî 1428 H,
correspondant au 15 mai 2007 G.

(1) Rapporté par : Aboû Dâwoûd (1635) et Ibn Mâdjah (1841), d’après Aboû Sa‘îd Al-Khoudrî رضي الله عنه. Et ce hadith est jugé sahîh (authentique) par Al-Albânî dans Al-Irwâ’ (870).

(2) Rapporté par At-Tirmidhî (1655), An-Naşâ’î (3218) et Ibn Mâdjah (2518), d’après Aboû Hourayra رضي الله عنه. Et ce hadith est jugé haşane (bon) par Al-Baghawî dans Charh As-Sounna (5/6), et par Al-Albânî dans Sahîh At-Targhîb (1308), et jugé sahîh (authentique) par Ahmad Châkir dans son authentification du Mousnad de l’imam Ahmad (13/149). 

(3) Rapporté par : Al-Boukhârî (1863), Mouslim (1256) et Aboû Dâwoûd et cette version lui appartient (1990), d’après Ibn ‘Abbâs رضي الله عنهما.

(4) Rapporté par Ibn Khouzayma dans son Sahîh (2377), Al-Hâkim dans Al-Moustadrak (1624) et Al-Bayhaqî dans As-Sounane Al-Koubrâ (10319), d’après Aboû Lâs Al Khouzâ‘î رضي الله عنه. Et  ce hadith est jugé haşane (bon) par Al-Albânî dans As-Silsila AsSahîha (5/342).

(5) Rapporté par Ibn Abî Chayba dans Al Mousannaf (26573).

(6) Fath Al Qadîr d’Ach-Chawkânî (2/416).

Fatwa n° 719 / Catégorie : Fatwas relatives à la zakat

Source : ferkous.com

Annonce : Location appartement dans résidance haut standing à Alger

Appartement meubler dans résidence haut standing . Urba 2000 à al Achour ( entre Ben aknoun et Draria). Surface 170 m2 – Wifi – Cuisine équipée  – 2 chambre  – 2 salle de bain  – 1 grand salon – Deux grande terrasse

Prix : 

  • 6500 dinars la nuit .
  • 6000 dinars/nuit ,à partir de trois nuits ,jusqu’à 6 nuits .
  • 5500 dinars/nuit , à partir de 7 nuits.
  • 5000 dinars/nuit au mois .

Contact : +213 557 10 68 56 / algerappart@yahoo.com

Des nouvelles du frère ayant eu un grave accident sur l’autoroute d’Alger

As Salam alaykum wa rahmatou llah wa barakatu

Comme promis des nouvelles du frère Achraf ayant eu un accident avec son épouse sur la route d Alger.

Après que le chirurgien lui ai dit que l opération était délicate et que son état pouvait resté à vie irrémédiable , cette dernière a finalement réussi du 1 er coup par la grâce d Allah Soubhana Ta’ala, Le Miséricordieux

En convalescence, son état s améliore et il marche à l aide d un déambulateur.

Son départ en Algérie est pour bientôt, il devra cependant revenir en France pour une visite de contrôle et faire d éventuels soins.

Le couple remercie d un merci sans mot tous les généreux donateurs, ils vous font des dou’aas à toutes et à tous pour votre chaleureuse participation et demande de continuer de les mentionner lors de vos invocations.

Les dons ont été reçus des États Unis, d Arabie.. Cela démontre une fois de plus que la Oumma est soudée et forme qu un seul corps.

A l heure où la communauté fait les gros titres s’il y a en a 2 qui sont indéniables c est sa générosité et sa compassion pour son prochain

Qu Allah vous permette à toutes et à tous de trouver réconfort comme vous l avez été pour ce couple.

Fi Amani Llah !

La Tunisie arrête deux Américains qui auraient préparé des attentats à la frontière avec l’Algérie

Deux ressortissants américains convertis récemment à l’Islam ont été arrêtés par la police tunisienne à Jendouba, au nord-est de la Tunisie, près de la frontière avec l’Algérie. Ils étaient soupçonnés de préparer des attentats terroristes en Tunisie.

580f827fc36188a32b8b4606

Selon Mosaïque FM, la police tunisienne a procédé à l’arrestation de deux frères américains convertis à l’Islam dans la région de Jendouba, au nord-est de la Tunisie, près de la frontière avec l’Algérie. Les deux hommes étaient soupçonnés de préparer des attaques terroristes dans le pays.

Ils louaient une maison dans la région et avaient en leur possession un ordinateur, des plans d’attentats terroristes, ainsi que des documents appelant à la violence, au terrorisme et au djihad. Les deux suspects n’ont pas nié leurs intentions qui se résument, selon eux, à «appliquer la Charia».

Des unités spécialisées de la police tunisienne ont assuré leur transfert devant le pôle judiciaire antiterroriste de Tunis.

Le 18 octobre, le président tunisien avait annoncé une prolongation de trois mois de l’état d’urgence, «sur tout le territoire tunisien», soit jusqu’au mois de janvier 2017. Le pays vit en état d’urgence continu depuis l’attentat contre un bus de la garde présidentielle à Tunis, le 24 novembre 2015. 

Le 19 octobre, les forces de sécurité avaient réussi à déjouer un attentat terroriste visant un bus de transport pour les voyageurs à l’aéroport de Monastir, au sud de Tunis. 

Le pays avait été la cible d’attaques de Daesh, en mars et juin 2015, respectivement au musée du Bardo à Tunis ainsi que sur une plage et dans un hôtel de Sousse. Soixante personnes, dont 59 touristes étrangers, avaient péri dans ces attaques terroristes.

Le numéro 1 de Daesh en Algérie tué il y a quelques temps

La mort du numéro 1 de Daesh en Algérie, Saddek Habbach, dit Abou Doudjana, a été annoncée par les médias algériens. Il a été abattu dans la matinée de ce jeudi 13 octobre, par l’armée nationale populaire à Oued Zhour dans l’est du pays.

Le ministère de la Défense a confirmé la mort d’Abou Doudjana, l’émir de Jund Al-Khalifa et Aberrahmane à Skikda, dans l’est de l’Algérie, grâce à une opération menée par l’armée algérienne. 

«Suite à une embuscade tendue près de la commune de Oued Zehour, wilaya de Skikda, un détachement de l’Armée nationale populaire a éliminé, ce matin du 13 octobre 2016, les deux dangereux terroristes : «Hebbach» dénommé «Abou Doujana» et «Benaldjia» dit «Abderrahmane», précise le ministère de la Défense nationale.

Source : https://francais.rt.com

La Science à Maghnia (wilaya de Tlemcen)

109233656

Bismillah Ar-Rahmani Rahim

Maghnia est une commune de la wilaya de Tlemcen. Pour ceux qui y recherche la Science il y a plusieurs étudiants en science qui y donne des cours et ceci dans différentes matières. Nous les comptons au nombre de 4 qui sont tous recommandés par Shaykh Ferkous, Shaykh Siniqra et Shaykh Abdel Khaleq Madi. Ils sagit de Shaykh Yahya, le frère Belqassem, le frère ‘Abd Samad ainsi que le frère Bouzian qui est l’élève de Shaykh Mohamed ‘Ali Ferkous.

Pour ceux qui est de la langue arabe, c’est un peu comme partout en Algérie les cours sont seulement dans la grammaire. C’est à dire qu’il faut prendre un frère comme professeur particulier et faire avec les lui les tomes de médine. Sur Maghnia vous trouverez assez facilement en demandant aux frères étudiants par exemple.

Une fois la langue arabe acquis nous savons que le frère Belqassem donne des cours de grammaire arabe juste à coté de la mosquée sounnah de la rue émir ‘Abdel Qadr.

En dehors de cela il y a des cours chaque jours avec le frère Belqassem et ‘Abd Samad et seulement 2 jours dans la semaine avec le frère Ahmed Bouzian. Tout les 3 ont des cours variés dans la ‘Aqida, le fiqh et le Coran. Nous n’avons pas un programme précis des livres qu’ils expliquent. Pour ceux qui est de Shaykh Yahya il enseigne les 10 récitations du Coran.

Pour ce qui concerne les enfants al hamdulilah il y a un frère qui se prénomme ‘Ali et qui fait l’apprentissage du Coran pour les enfants dans son garage. En dehors de cela il n’y a pas grand chose mais quel meilleur chose pour vos enfants que de mémoriser le livre d’Allah ?

Fû un temps Shaykh Abdel Khaleq Madi se render à Maghnia toutes les 2 semaines afin de donner un cours sur Sharh Al ‘Aqida Tahawiya et délivré même des tazkiya pour ceux dont l’étude était sérieuse et qui ont mémorisé le livre ainsi que le Sharh. Actuellement nous ne savons qu’il n’y si rend plus mais il est possible que cela est changé.

Les lieux des cours :

  • Belqassem : quartier « Al ‘arabi at bassii »
  • Abel Samad : quartier « Al moudrajaat les gradat »
  • Ahmed bouzian : quartier « Al qadi »

PS : Nous précisons que les informations varient au fil du temps car les étudiants peuvent migrer dans une autres villes, les livres étudiés peuvent changer etc.. Si vous avez des informations sur les changements merci de nous en informer afin de procéder à la modifications de l’article.

{ Source : www.hijradirectiondjazair.com } * Aucune modification n’est tolérée et les articles doivent être partagés avec la source.

Résider dans un pays mécréant afin d’apprendre la science religieuse (Sheikh Ferkous)

Question : Quel est le jugement religieux quant au fait de résider en Australie – concernant la résidence d’un frère – pour étudier la science religieuse, à Sidney dans l’institut islamique et culturel de la ligue islamique, qui est un centre islamique des musulmans d’Australie ? Qu’Allâh vous rétribue de Son bien.

Réponse

Louange à Allâh, Maître des Mondes ; et paix et salut sur celui qu’Allâh a envoyé comme miséricorde pour le monde entier, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu’au Jour de la Résurrection. Cela dit :

Certes, tous les moyens et les causes qui conduisent à abolir ce qu’Allâh – qu’Il soit Très-Haut – a obligé pour la personne apte (Moukallaf), tel le fait d’établir sa religion et de faire montrer ses actes rituels, mettre en pratique le Tawhîd, prendre en ennemis les polythéistes et ne pas s’allier à eux, sont considérés comme religieusement interdits. Car on craint pour la personnalité et la morale du musulman qu’elles se fondent dans le cercle de la mécréance, que sa conduite et son apparence changent ; cela le mènera à se conformer avec eux et à agréer leur état sans le contester ni le détester. Et il est notoire que le fait d’agréer la mécréance est en soi une mécréance. Et celui qui agréer le péché est semblable à la personne qui le commet, cela est de même s’il est commis en terre de mécréance ou d’islam ; il est rapporté dans le hadith : « Si un péché est commis en terre, celui qui en est témoin et le déteste – et une fois il a dit : le conteste – il est comme celui qui en est absent ; et celui qui en est absent et l’agrée est semblable à celui qui en est témoin. »(1) Ceci dit, voyager vers les pays de la mécréance, avec les appréhensions qui se dressent par les dangers de polythéisme que cela comporte, est illicite. Cela est prouvé par la Parole d’Allâh عزّ وجلّ : ﴿ إِنَّكُمۡ إِذٗا مِّثۡلُهُمۡۗ [النساء: 140]

Sinon, vous serez comme eux﴿ [s. An-Nişâ’ (les Femmes) : v. 140] et par un ensemble de hadiths, parmi lesquels : « Celui qui se réunit et habite avec un polythéiste est comme lui. »(2)

Par contre, si cet individu est capable de faire montrer les rituels de la religion [islamique], sans s’allier aux polythéistes dans ce qu’ils sont, se distinguant d’eux par les repères de sa personnalité, dans sa conduite et son apparence, et que les dangers que nous avons susmentionnés font défauts, il est permis dans ce cas de voyager et de résider dans les pays de la mécréance, que ce soit pour mener son commerce, étudier ou appeler à la religion d’Allâh selon l’intention, que l’on a besoin de cela ou non. Le Prophète صَلَّى اللهُ عليه وآله وسَلَّم a approuvé certains des Compagnons, parmi lesquels Aboû Bakr – qu’Allâh l’agrée –, de voyager vers les pays de la mécréance pour y mener le commerce ; le verset et les hadiths qui l’interdisent seront interprétés conformément à la forme précitée ; quant à l’autre, c’est selon le hadith d’Ibn ‘Abbâs – qu’Allâh les agrée – jugé marafoû‘ (dont la chaine de rapporteurs remonte au Prophète صَلَّى اللهُ عليه وآله وسَلَّم) : « Aucune hidjra [émigration] n’est permise après la victoire [de la Mecque], mais il y a un combat dans le sentier d’Allâh et une intention. »(3)

Le savoir parfait appartient à Allâh, et notre dernière invocation est qu’Allah, Seigneur des Mondes, soit loué et que prière et salut soient sur notre Prophète, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu’au Jour de la Résurrection. 

Alger, le 14 de Rabî‘ Ath-Thânî 1417 H,
correspondant au 19 aout 1997 G.

(1) Rapporté par Aboû Dâwoûd (4345), d’après Al-‘Ars ibn ‘Oumayra Al-Kindî رضي الله عنه ; jugé haşane (bon) par Al-Albânî dans Sahîh Al Djâmi‘ (689).  

(2) Rapporté par Aboû Dâwoûd (2787), d’après Samoura Ibn Djoundoub رضي الله عنه et ce hadith est jugé haşane (bon) par Al-Albânî dans As-Silsila AsSahîha (5/434, n° 2330). 

(3) Rapporté par Al-Boukhârî (2783), d’après Ibn Abbâs رضي الله عنهما et Mouslim (1864), d’après ‘Â’icha رضي الله عنها.

Source : ferkous.com