Markaz de Shaykh Abu Ussama à Ghardaia

10353558_1559715270935993_3102578114371492579_n

Bismillah Ar Rahmani Rahim

Nous précisons que ces informations ont étaient réunis du mieux que nous avons pu par des contacts et des recherches. Cependant il convient à toute personne souhaitant étudier au Markaz de se rendre sur place pour un repérage et une confirmation des informations obtenus car cela change chaque année.

I : Biographie du Shaykh

Shaykh Mustapha Abu Ussama est originaire de la ville de Mdiyah. Il habite actuellement dans la wilaya de Ghardaia où il est à la tête de son Markaz. Il est connu pour son caractère calme et son bon comportement. Loin de la célébrité, Il est souriant et aime les étudiants en science. Ses rapports avec les gens de la willaya de Ghardaia est bonne. Il se caractérise par la pudeur, l’humilité et l’ascétisme et remarque ceci quiconque s’assoit dans une seule de ses assemblées de science.

Son parcours scientifique a commencé en Algérie mais s’est poursuivi au Yemen où il a intégré le markaz à Dammaj géré par l’un des 4 plus grands savants de notre époque le Shaykh Mouqbil, le revificateur du Yemen à cette époque. Le Shaykh Abu Ussama a étudié plus de 10 ans auprès du Shaykh Mouqbil qui avait l’habitude de faire l’appel dans son Markaz pour voir les étudiants en science assidus et il disait « Est-ce que le Shaykh Mustapha est présent ? » en faisant référence au Sheikh Abu Ussama. Shaykh Mouqbil le devancait même pour donner des cours de temps en temps et lui a également demandé de faire l’explication du livre intitulé « Nayl El Awtar » et il est resté auprès de Shaykh Mouqbil jusqu’à sa mort. Il a beaucoup profité des savants du Yemen en étant assidu aux cours et conférences. Il a quitté le pays lorsque Yahia al Hajouri a pris la tête du markaz et ceci car Shaykh Abu Ussama avait déjà constaté à l’époque ces mauvaises paroles et son mauvais comportement. Il fût par la suite imam aux Émirats Arabes Unis avant de revenir en Algérie et ouvrir son centre.

II : Informations sur le centre 

Le centre se situe à Ghardaia (sud algérien) et s’est beaucoup inspiré du Markez de Damaj à l’époque de Shaykh Mouqbil. Tous les professeurs et élèves qui s’y trouvent sont sur la voie d’Ahl Sunna Wal Jama’a.

L’inscription se fait sur place et seul le Shaykh décide de l’acceptation ou non qui se fait après entretien et présentation des papiers d’identité et documents suivant :

  • 6 photos d’identité
  • 4 actes de naissance
  • 1 certificat médical
  • 1 extrait de casier judiciaire (bulletin numéro 3)

Le prix varie chaque année est nous n’avons pu trouver le prix exact, cependant il tournerai autour de 150 € par an. Le prix a pu augmenter, c’était le tarif d’il y a quelques années.

III : Classe préparatoire (2 ans)

Toute personne n’ayant pas un niveau d’arabe satisfaisant devra faire 2 ans de classe préparatoire avant d’intégrer les cours du Shaykh et de devenir son élève. Lors de ses 2 ans vous étudierez la langue arabe, le Coran et les bases dans les fondements de la religion. Il se peut qu’après ces 2 ans, les étudiants considèrent que votre niveau est encore faible, ainsi il vous sera demandé de recommencer 1 année.

IV : Programme scientifique (4 ans)

Une fois le niveau de classe préparatoire atteint vous intégrerez les classes supérieurs pour 4 ans minimum. Ainsi, ce ne sera plus aux élèves du Shaykh à qui vous aurez à faire mais au Shaykh lui même. Il faut donc s’attendre à un rythme plus poussé. Il fera généralement 3 séances dans la journée : Après la prière du Sobh, du ‘Asr et du Maghreb. Le programme est très complet, vous y mémoriserez les différents livres de base dans la ‘Aqida (Oussoul 3, Oussoul 6, Al ‘Aqida Al Wassitiyya, Kash Shoubouat, Kitab Tawhid etc..). Mais également d’autres livres et ceci dans tous les domaines (fiqh, tafsir, langue arabe, chari’a etc..)

* Si vous connaissez des contacts sur place, ou que vous vous y êtes rendu et que vous avez constaté que certaines de nos informations sont fausses merci de nous en informer.

Article écrit début 2015

Changement fin 2015 : Le Shaykh est parti de Ghardaia suite aux troubles qui ont eu lieu entre les différentes tribus qui se sont affrontées. Il est déconseillé à toute personne de s’y rendre actuellement.

Changement début 2016 : Le Shaykh Abu Ussama n’accepte plus les étrangers suite à des problèmes qui ont eu lieu.

{ Source : Hijra Direction Djazair } * Aucune modification n’est tolérée et les articles doivent être partagés avec la source.

Publicités

Biographie du grand savant algérien : Sheikh Mohamed ‘Ali Ferkous

14594_1555799657994221_4453492857202030528_n

1 – Le nom de notre Cheikh, son lignage et sa naissance : 
C’est notre cheikh Abou Abd El-Mou`iz Mohammed Ali Ben Bouzid Ben Ferkous El-Koubi, par rapport à « El-Kouba El-Qadîma » (Vieux Kouba) à Alger (La capitale) qui est son lieu de naissance le : Jeudi 29 Rabia al Awal 1374 de l’Hégire, correspondant au :25 Novembre 1954 au même mois et année de déclenchement de la guerre de libération en Algérie contre l’occupant tyrannique français.

2 – L’éducation de notre Cheikh :
Notre cheikh Abou `Abd El-Mou`iz a avancé progressivement dans sa quête des sciences à l’école – premièrement – de la façon traditionnelle en apprenant le Noble Coran et un certain savoir des sciences fondamentales dans une école coranique par le cheikh Mohammed Es-Seghir Mâalam, puis il a rejoint les écoles modernes où il finit ses études lyciennes. Et comme il n y’avaient pas en son temps des facultés ou hauts instituts pour les études islamiques, il a rejoint la faculté de droit et d’administration, qui était la plus proche de ceux-ci par son enseignement de quelques modules en rapport avec la charia. Il y finit ensuite ses études.

Pendant ses études, il avait un ferme désir et un intense penchant de demander plus de savoir religieux, et de le maîtriser, Allah Le Très Haut l’honorât alors d’être accepté à l’Université Islamique de Médine, il put alors trouver ce dont il avait besoin en ce paisible pays. Il a bénéficié durant la période de ses études de professeurs et savants généreux –que ce soit à l’université islamique ou à la noble mosquée du prophète- par les fréquenter souvent et en assistant à leurs leçons, comme le cheikh : `Atia Ben Mohammed Salim- qu’Allah lui fasse miséricorde- cadi au grand tribunal de Médine, dans son explication du Mouwatta’ de l’imam Mâlik -qu’Allah lui fasse miséricorde- , le cheikh Abd El-Kader Ben Cheïba El-Hamd, professeur de la jurisprudence islamique et des fondements de la jurisprudence (Oussoul El-Fiqh) dans la faculté de charia, le cheikh Abou Bakr Jâbir El-Djazâiri, le prédicateur à la Mosquée du Prophète, et professeur d’exégèse (Tafsir) à la faculté de charia, le cheikh Mohammed Mokhtar Ach-Chanqîti- qu’Allah lui fasse miséricorde- professeur d’exégèse à la faculté de charia, et enseignant des livres de la sunna à la Mosquée du Prophète, le cheikh `Abd Ar-Raoûf El-Labadi, professeur de langue arabe (grammaire et conjugaison) à la faculté de charia et autres. Il a également tiré profit des discussions scientifiques des thèses universitaires que les professeurs et cheikhs discutaient , ainsi que les conférences que d’éminents savants tenaient, tels Abd El-Aziz Ben Abd Allah Ibn Baz- qu’Allah lui fasse miséricorde- et le cheikh Hemmad Ben Mohammed El-Ansâri- qu’Allah lui fasse miséricorde- et autres. Puis il revint en Algérie en 1402H/ 1982. Il était parmi les premiers professeurs à rejoindre la faculté des sciences islamiques où il a été accepté officiellement cette même année. On lui a plus tard assigné la direction des études et de la programmation. Il est allé plus tard vers l’université de Mohammed Cinq de Rabat –Maroc- dans l’intention de se consacrer au parachèvement de sa thèse de doctorat qu’il a plus tard transféré vers Alger la capitale. C’était la première thèse de doctorat d’état à être discutée à Alger dans le domaine des sciences islamiques. Il est toujours dans la même faculté où les étudiants tirent profit de lui à l’intérieur de l’université et à l’extérieur.

3 – L’aspect physique de notre cheikh et son caractère : 
Notre cheikh Abou Abd El-Mou`iz – qu’Allah le protège- jouit de ce qu’Allah lui a accordé de qualités physiques et d’une forte et immunisée structure corporelle, desquels apparaît son caractère, sa gracieuse forme, sa belle physionomie et apparence. Il ressemble dans son apparence et sa voix à cheikh Mohammed Nâsir Eddine El-Albâni- qu’Allah le Très Haut lui fasse miséricorde- comme le témoignent ceux qui les ont vus.

La biographie scientifique de notre cheikh Abou Abd El-Mou`iz est également couronnée de bonnes mœurs que les étudiants reconnaissent en lui. Il est aussi très modeste et de bon caractère ainsi qu’il a de bonnes relations avec les gens. Il utilise dans sa Dawa (appel à l’islam) un style doux et plein de sagesse et de bonne exhortation. Il appelle à la vérité suivant la voie de Ahl Es-Sunna Wel-Djamâ`a, et s’incline à eux. Il les aiment, penche vers eux et les soutiennent. Il brutalise ceux qui les détestent et considère comme ennemis ceux qui s’opposent à eux. Il est équitable et juste avec les gens. Il estime et accepte le conseil et se soumet à la vérité. Il ne supporte pas les gens du commun contre les savants, et ne les incite pas à se comporter avec une manière hautaine envers eux.

Il éprouve la merci envers eux. Parmi ses qualité également la bonne hospitalité. Il est sociable et a une ferme résolution.

4 – Les œuvres de notre Cheikh :
Notre cheikh – qu’Allah le protège – a des œuvres scientifiques publiées aux éditions étrangères et algériennes et deux séries de jurisprudence (Fiqh). Ses livres et ses thèses se caractérisent par leur style réfléchi, entre style fondamentaliste (des auteurs des fondements de la jurisprudence) et style littéraire. Ses expressions sont scientifiques, précises et cohérentes, loin de la complication terminologique et du chauvinisme doctrinal (du madh-hab).

Parmi ses œuvres et épîtres :

1. Taqrîb El-Woussoûl Ila `Ilm El-Oussoûl (Le Rapprochement des Sciences des Fondements de la Jurisprudence), Abou El-Qâsim Mohammed Ibn Ahmed Ibn Djouzaï El-Kalbi El-Gharnâti, mort en 741 H, la maison d’édition El-Aqsa – le Caire 1410 H.

2. Dhawou El-Arhâm Fi Fiqh El-Mawârîth (La jurisprudence (Fiqh) de l’héritage concernant les liens de consanguinité) – maison d’édition Tahsîl El-`Ouloûm 1407 H correspondant à 1987.

3. El-Ichâra fi Ma`rifat El-Oussoûl Wel-Wadjâza Fi Ma`na Ad-Dalîl, par l’imam Abou El-Walîd El-Bâdjî, mort en 474 H – La Bibliothèque de la Mecque en Arabie Saoudite –

4. Miftâh El-Woussoûl Ila Binâ’ El-Fourou` Ala El-Oussoûl, suivi par Mathârât El-Ghalat Fi El-Adilla (les preuves qui induisent en erreur), par l’imam Abou Àbd Allah Mohammed Ibn Ahmed El-Hassani Et-Tilimsâni 771H/ 1307 – l’établissement Ar-Reyyâne, la première édition 1419H/ 1991, maison d’édition Tahsîl El-`Ouloum 1420H/ 1999.

5. Moukhtârât Min Noussoûs Hadîthiyya Fi Fiqh El-Mou`âmalât El-Mâliyya (Sélections de Textes des Hadiths des Transactions Monétaires) – maison d’édition Ar-Raghâ’ib wan-Nafâ’is 1419H/ 1998.

6. Fat-h El-Ma’moûl Fi Charh Mabâdi’ El-Oussoûl,(L’Aboutissement à l’Explication des Bases des Fondements (de la jurisprudence islamique)) par le cheikh `Abd El-Hamîd Ibn Bâdîs, mort en 1359 H – maison d’édition Ar-Raghâ’ib wan-Nafâ’is, première édition :1421H/ 2000.

Série de jurisprudence (Fiqh) des hadiths de Siyyam (jeûne) :
7/ 1. Hadith Tabyît En-Niyya – maison d’édition Ar-Raghâ’ib Wan-Nafâ’is, première édition 1419H/ 1999 (le hadith portant sur l’intention avant le jour du jeûne)

8/ 2. Hadith En-Nahy `An Sawm Yawm Ech-Chek – (Le Hadith Interdisant le Jeûne du Jour de Doute) maison d’édition Ar-Raghâ’ib Wen-Nafâ’is, première édition 1419H/ 1999.

9/ 3. Hadith El-Amr Bis-Sawm Wel-Iftâr Li Rou’yat El-Hilâl (Le Hadith Ordonnant d’Observer le Jeûne et le Rompre à la Vue du Croissant) – maison d’édition Ar-Raghâ’ib wan-Nafâ’is, première édition 1422H/ 2001.

10/ 4. Hadith Houkm Siyyâm el-Moussâfir Wa-Madâ Afdhaliyatih Fis-Safar ( Le Hadith sur le Jugement du Jeûne (sawm) du Voyageur et s’il est Préférable de l’Observer ou pas) – maison d’édition Ar-Raghâ’ib wan-Nafâ’is, première édition 1422 H/ 2002.

Série : Pour qu’ils s’instruisent dans la religion :
11/ 1. Tarîq El-Ihtidâ’ Ila Houkm El-I’timâm Wel Iqtidâ'( le bon chemin au jugement concernant la suite et l’imitation de l’imam) – maison d’édition Ar-Raghâ’ib wan-Nafâ’is, deuxième édition 1419H/ 1998.

12/ 2. El-Mounya Fi Tawdhîh Mâ Achkala Min Ar-Rouqya-(éclaircissements sur la pratique de l’exorcisme (rouqya)) maison d’édition Ar-Raghâ’ib wan-Nafâ’is, deuxième édition 1419H/ 1999.

13/ 3. Fara’id El-Qawâ`id li Hall Ma`âqid El-Massâdjid – maison d’édition Ar-Raghâ’ib wan-Nafâ’is, deuxième édition 1423H/ 2002.

14/ 4. Mahâsin El-`Ibâra Fi Tadjliyat Mouqfalât Et-Tahâra – (éclaircissements sur la purification rituelle) maison d’édition Ar-Raghâ’ib Wen-Nafâ’is, première édition 1420H/ 1999.

15/ 5. El-Irshâd Ila Massâ’il El-Oussoûl Wel-Ijtihâd – (Questions sur les fondements de la jurisprudence et des efforts d’interprétation) – Maktabat Dâr Ar-Rayâne, première édition 1420H/ 2000.

16/ 6. Madjâlis Tadhkîriyya `Ala Massâ’il Manhadjiyya – (Assemblées remémoratives sur des questions méthodiques) maison d’édition Ar-Raghâ’ib Wan-Nafâ’is, 1424H/ 2003.

17/ 7. 40 Sou’âl Fi Ahkâm El-Mawloûd – (40 Questions sur les Jugements Relatifs au Nouveau-né) maison d’édition Ar-Raghâ’ib Wan-Nafâ’is, 1425H/ 2004.

18/ 8. El-`Âdât El-Djâriya Fi -El-A`râs El-Djazâ’iriyya- (Les Coutumes des Fêtes Algériennes) maison d’édition Ar-Raghâ’ib Wan-Nafâ’is, 1426H/ 2005.

19- Article dans la revue « Ar-Risâla » édité par le Ministère des Affaires Religieuses sous le titre [le jugement sur la taxation : Est-ce que la taxation est une obligation ou une nécessité dans la loi islamique ?].

20. Article dans la revue « El-Mouwâfaqât » édité par l’office national supérieur des fondements de la religion (Islam) à Kharouba, sous le titre [Houkm Bay`El-`Îna].

21. Article dans la revue « Manâbir El-Houda » sous le titre [la considération de la différence des levers des croissants et les avis des fondamentalistes (juristes théologiens musulmans)].

22. El-Inâra Charh Kitâb El-Ichâra.( L’Eclaircissement, Explication du Livre :L’Indication).

Des œuvres à publier prochainement :

1. De la série de « Pour qu’il s’instruisent dans la religion » numéro 9 (sur les questions du hadj).
2. Explication et commentaire sur « El-`Aqâ’id El-Islâmiyya » (les dogmes islamiques) du cheikh `Abd El-Hamîd Ibn Bâdîs, mort en 1359 H.

Notre Cheikh Abou `Abd El-Mou`iz – qu’Allah le protège – a également contribué avec ses articles publiés dans des numéros de la revue « Manâbir El-Houda ». Il a aussi des réponses sur des questions qu’on lui a posées dans différentes parties de notre pays (l’Algérie) et d’autres pays. Y compris les réponses écrites par sa main ou enregistrées dans des cassettes. Il s’agit de différentes fatwas s’appuyant sur les fondements de la jurisprudence musulmane concernant le dogme, la voie (salafie), la jurisprudence (musulmane) et les fondements de la jurisprudence. Ceci montre son large discernement scientifique.

Ce qu’on a écrit de notre cheikh est uniquement un peu de sa biographie. Et de ce que nous témoignons de lui- qu’Allah le protège-, la bonté de son caractère, sa clémence et modestie avec les étudiants et sa mansuétude envers eux comme un père à ses enfants. Il les rapproche de lui et leur explique les questions en leur donnant des fondements sur lesquels se reposer. Il leur enseigne la manière adéquate de répondre, et leur organise des assemblées spéciales ou générales, que ce soit à la maison, la mosquée ou l’université. Il les soutient et s’enquiert d’eux et les aide à régler leurs affaires matérielles et s’il n’est pas capable il les oriente d’un ton doux, les conseille et leur montre ce qui est bénéfique pour leur religion et leur vie. Il les encourage à s’unir pour la vérité et suivre la voie du Prophète. Il les déconseille de s’unir pour la fausseté et de suivre la voie de l’errance. C’est le cheikh qui, par son savoir embrasse les affaires liées à la religion et à l’actualité. Qu’Allah le récompense de la meilleure des récompenses pour les services qu’il rend aux musulmans, et que les louanges et les salutations d’Allâh soient sur Mohammed et sa Famille.

En 1424-1425 H/ 2004 :: Source : http://ferkous.com/home/?q=fr%2Ffr-biographie

Fa’ida sur la venue de Shaykh ‘Abd Razzak Al Badr en Algérie

10924725_1569531109954409_3227665199353842929_n
Il y a quelques années de cela Shaykh ‘Abd Razzak Al Badr c’est rendu en Algérie pour une conférence. Un frère qui était sur place rapporta : « Par Allah nous n’avions jamais vu une tel vague de gens de la Sunna aflluer a cette assise. Nous étions 10 000, si ce n’est plus. Nous étions si nombreux qu’aucun moubtadi’ (innovateur) n’aurai osé critiquer la Sounnah et ses gens. Le Shaykh avant son retour en Arabie Saoudite dit qu’il fût également surpris de ce si grand nombre de gens qui a afflué et c’est là où il dit cette éloge connu de lui avant son depart  » L’Algérie est un pays (le peuple) bien aimé dans mon coeur. « 
Pour finir, il paraîtrait même que le Shaykh aurait dit tellement il fut surpris « un jour les gens viendront prendre la science en Algerie » voulant dire par là que ce sera l’eldorado pour la science. Cependant nous n’avons aucun audio qui prouve que cela a était véritablement dit mais nous voulions vous en faire part car cela à était rapporté par plusieurs frères sur la sounnah ayant assisté à la venue du Shaykh.
{ Source : Hijra Direction Djazair } * Aucune modification n’est toléré et les articles doivent être partagé tel quel avec la source.
 

Les Machayakh en algérie sont nombreux

Les savants de la sounnah sont très présent en Arabie Saoudite ceci est connu de tous. Cependant, ce qui était moins connu il y a quelques années c’était le nombre important de savants en Algérie et que dire alors des centaines d’étudiants en science dans ce pays. Voici donc un audio de Chaykh Abdoullah Al Boukhari qui parle des Machayakh en Algérie en y citant l’élite actuelle des Savants de la sounnah dans ce pays (Algérie) et en fait leur éloge.

Vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=he3u-Tbfn40&feature=youtu.be

{ Source : Hijra Direction Djazair } * Aucune modification n’est toléré et les articles doivent être partagé tel quel avec la source.

10557282_1596438367263683_6323641900995712560_n

Les savants de la sounnah en Algérie

10868026_1555791391328381_8974498105419538060_n

  • Shaykh Mohamed ‘Ali Ferkous
  • Shaykh Abdel Ghani ´Aouisset
  • Shaykh Lazhar Siniqra
  • Shaykh ´Azzedine Ramadani
  • Shaykh Abdel Majid Joumoû’a
  • Shaykh Abou Oussama
  • Shaykh Abdel Hakim Dehas

 

  • Shaykh Réda Bouchama
  • Shaykh Tawfiq ‘Amrouni
  • Shaykh Abdel Khaleq Madi
  • Shaykh Omar Al Hadj Messaoud
  • Shaykh Najib Djeloua
  • Shaykh Athman Aissi

A savoir : Comment reconnaitre un savant ? Allah a donné la réponse à cette question dans le Coran, qui est justement que les savants se reconnaissent entre eux. Nous avons donc établie cette liste en respectant ce principe. En effet, elle a était effectué avec des preuves audios ou écrites que tel savant désigne tel Sheikh (liste ci dessus) comme un ‘alim (savant).

Conseil de notre part : Il ne convient pas de rajouter des hommes de science Algériens à cette liste sauf si vous avez une preuve écrite ou un audio qu’un savant a mentionné tel ou tel sheikh parmi les savants en Algérie. Ce n’est pas à nous de désigner qui sont les savants.

* Cette liste peut être modifiée au fil du temps.

{ Source : www.hijradirectiondjazair.com } * Aucune modification n’est tolérée et les articles doivent être partagé tel quel avec la source.